Jouer aux échecs

Les échecs sont un jeu de société qui a traversé les époques, sans pour autant perdre de son attractivité, ni subir l’usure du temps. Encore aujourd’hui, de nombreuses personnes en sont passionnées partout dans le monde mais aussi à Alfortville. Dans cet article, nous allons vous faire un petit résumé de l’histoire du jeu d’échecs, ses avantages avant de vous parler du club d’échecs du CREA d’Alfortville.

Petite histoire des échecs

Retracer l’histoire des échecs s’avère être une tâche délicate puisqu’elle s’inspire de plusieurs mythes et légendes. Si les historiens s’accordent plus ou moins sur le fait qu’elle est longue de plus de 1500 ans, seules des hypothèses restent envisageables quant au lieu de naissance de la pratique des échecs. Ainsi, ces derniers seraient apparus sous sa forme primitive en Asie entre le 3e et le 6e siècle avant J.-C. Quant au lieu précis, les avis divergent entre la Chine, Inde, la Perse ou encore l’Ouzbékistan.

Dès l’arrivée du jeu en Perse, au 6e siècle, il se fait très vite adopté par la communauté musulmane au Moyen-Orient. C’est même ici qu’on détectera les prémices de sa forme moderne. Les échecs atteignent l’Europe grâce à l’expansion de l’islam avant de connaître, pendant la Renaissance, ses premières règles modernes véritables. Entre cette époque et la fin du 20e siècle, le jeu a subi un long processus de normalisation et est, aujourd’hui, très répandu dans le monde entier sous la forme que l’on connait.

Les avantages du jeu d’échecs

L’une des raisons de la popularité du jeu a trait aux différentes qualités qu’il permet de développer. D’ailleurs, ses bienfaits sont remarquables aussi bien dans le domaine de l’éducation et l’éveil que chez les adultes. Des études ont notamment réussi à prouver l’influence certaine des échecs sur le niveau en mathématiques des enfants et, plus étrangement, sur le niveau en lecture.

En plus de la concentration, le jeu d’échecs permettrait aussi de développer la créativité, l’esprit critique et la patience. Il est également démontré à travers une étude appelée « Learning to Think Project » la corrélation entre la pratique des échecs et l’augmentation du QI chez certains enfants.

Pour les plus âgés, des groupes de chercheurs et scientifiques ont aussi réalisé des études montrant les bienfaits des échecs sur le cerveau. Le jeu permet alors d’améliorer la mémoire, la concentration, mais aide également à réduire les risques liés aux maladies du cerveau comme l’Alzheimer.

Le club d’échecs du CREA

Au CREA d’Alfortville, le jeu d’échecs est mis en avant à travers des ateliers ludiques regroupant aussi bien les jeunes que les adultes. Le club d’échecs du centre d’activité de la Rue des Pontons ( au 7) est l’endroit idéal pour vous adonner à votre passion en rencontrant d’autres amateurs de ce jeu très stratégique et cérébral..

Jouer au Bridge à Alfortville

Jeu de cartes bien installé en France et fort apprécié, le bridge repose sur la réflexion et le hasard. Il est le fruit de l’apparition des cartes à jouer au XIVe siècle. Même s’il n’a pas la popularité du poker ou du baccarat, le bridge se pratique aujourd’hui partout dans le monde. Nous allons remonter dans l’histoire afin de comprendre les origines de ce jeu, ses règles et nous arrêter à Alfortville pour faire la découverte du club USA Bridge.

Bridge, des origines controversées

En se focalisant uniquement sur son nom, il est facile d’attribuer l’origine du Bridge aux cercles anglophones. Un raccourci un peu trop rapide qui ne ferait qu’occulter le rôle important d’autres pays de l’Europe dans le développement du jeu.

En réalité, tout porte à croire que le terme Bridge est issu des deux variantes du whist pratiquées aussi bien par les francophones que par les anglophones. Par ailleurs, l’on conçoit exactement six différents ancêtres du Bridge. Le biritch russe, le khédive turc, le hombre espagnol, la quadrille française, le whist anglais et le Boston étatsunien.

La pratique du Bridge se note véritablement pour la première fois vers 1860 en Grèce et à Alexandrie. Deux décennies après, elle gagne la Riviera française et les Anglais avant d’investir les États-Unis. À cette époque naissent les premiers ouvrages dans les pays anglo-saxons faisant mention du jeu. La fin du 19e siècle va alors consacrer l’édition des premiers codes officiels consacrés au Bridge.

Les règles de base

Le Bridge est un type de jeu à 52 cartes. Il se joue à 4 joueurs regroupés par équipe de deux personnes, les 4 étant symbolisés par les points cardinaux Nord, Sud, Est et Ouest. Notez que les joueurs qui se font face forment une équipe, le Nord et le Sud s’opposeront donc à l’Est et l’Ouest. Le joueur qui a la donne, prend le jeu de 52 cartes et doit brasser les cartes avant de les distribuer dans le sens des aiguilles d’une montre.

On note trois différentes phases au cours d’une partie de Bridge : les enchères, le jeu de la carte et la marque. Pendant les enchères, l’équipe qui joue le contrat doit réaliser au moins le nombre de levées qu’elle s’est engagée à faire. De son côté, l’équipe adverse essaie de la faire échouer. Le jeu de la carte commence par des règles simples à savoir : le mort (le partenaire du déclarant) ne prend aucune initiative et joue selon les instructions du déclarant. À l’issue de la partie, les points reviennent à l’équipe qui a réussi son contrat, autrement c’est l’équipe adverse qui marque les points.

Club U.S.A Bridge

Comme indiqué plus haut, Alfortville n’est pas en reste en matière de Bridge. Que vous soyez déjà aguerri à ce jeu de cartes ou que vous souhaitiez vous faire la main, le club U.S.A Bridge vous ouvre ses portes pour partager de grands moments de tournois. Sis au COSEC Gymnase Leo Lagrange au 56 de la rue Étienne Dolet, à Alfortville même, le club organise chaque jeudi et vendredi des tournois réguliers pour le bonheur de ses adeptes.

Jouer au poker à Alfortville

Le jeu du poker a acquis une popularité incroyable ces deux dernières décennies faisant de lui l’attraction principale dans les casinos terrestres comme virtuels. Chaque année, de grands tournois de poker mettent aux prises de grandes célébrités et ils occupent, désormais, une place importante dans la sphère médiatique. Dans ce billet, nous allons passer en revue le jeu du poker, vous faire découvrir ses variantes mais aussi vous indiquer des espaces dédiés à sa pratique à Alfortville.

Le poker, un loisir pas comme les autres

Difficile de remonter aux origines du poker. Si certains estiment que le Nas (en Perse) ou encore le Primero (en Europe) est l’ancêtre du poker, une grande majorité serait d’accord pour que l’on retienne une origine plus récente. Ainsi, on peut tous se rejoindre sur le fait que le poker nous vient des États-Unis. Il a très certainement atterri dans les saloons américains grâce aux Français installés en Louisiane depuis 1682. Ce qu’on sait moins c’est que le jeu de poker a explosé sur le territoire des États-Unis après la vente de la Louisiane en 1803 et s’est ensuite démocratisé progressivement partout dans le monde.

S’il est aussi populaire aujourd’hui, c’est notamment parce que les joueurs le trouvent distrayant, mais aussi très formateur. Pour joueur au poker, ils doivent apprendre le bluff, savoir gérer leurs émotions et élaborer une stratégie… un cocktail de connaissances très utiles dans la vie courante. A cela s’ajoute, la pluralité de stars qui s’y intéressent et qui en sont même devenus des ambassadeurs. Le cas du célèbre joueur du PSG Neymar est très illustratif en la matière. Faire participer de grandes stars à des compétitions de poker n’a fait que démultiplier l’ampleur du phénomène.

Dans ses recettes gagnantes, le poker dispose aussi d’une grande diversité de variantes dont le Texas Hold’em No Limit qui est l’épreuve phare des World Series of Poker. L’Omaha et le Pot Limit sont d’autres exemples de variantes du célèbre jeu de cartes américain. Désormais quels qu’en soient les formes, celui-ci peut compter sur une médiatisation à grande échelle et sur la professionnalisation de sa pratique pour se maintenir dans le peloton des jeux de casino les plus joués.

Le poker en ligne

Les progrès réalisés dans le domaine des NTIC ont contribué à l’envolée impressionnante de la pratique du poker en ligne. Difficile aujourd’hui de parler de ce jeu de cartes, sans parler de ses extensions numériques et virtuelles. Si l’attrait des joueurs pour les tables de poker virtuelles est difficile à expliquer (le bluff, essentiel au poker, est rarement appliqué en ligne), quelques bonnes raisons les poussent à opter pour le jeu en ligne.

Les parties de poker sur les plateformes de jeu telles que Partypoker restent toujours très disputées et attrayantes. Il faut forcément user de stratégie afin de se défaire de ses adversaires. Quant aux jeux en direct, ils permettent au public de vivre une expérience totalement immersive et finalement assez ludique. Si vous êtes intéressé par d’autres jeux de table en ligne tels que le blackjack, alors vous pourrez vous tourner vers le Casino MaChance. Lire la revue complète de ce casino.

Club de poker à Alfortville

Malgré tous les arguments en faveur du poker en ligne et même s’il se joue un peu différemment, pour devenir un joueur de poker aguerri, rien de tel que s’asseoir à une vraie table pour affronter de vrais adversaires (mêmes amicaux et bienveillants ! ).

Créée en 2012, l’association APKR se voue à la pratique du poker sans but lucratif et pour le pur plaisir du jeu. Elle est basée au 5 de la Rue Emile-goeury d’Alfortville. Si vous recherchez plus des tables et des cercles privés où jouer de l’argent, vous pourrez toujours profiter de votre loisir préféré dans des clubs de poker pro à quelques minutes d’Alfortville. Le centre de Paris n’autorise pas les casinos pour des raisons légales mais il ne manque pas de célèbres tables et cercles de poker.

Le CREA et ses activités culturelles et de loisirs

Créé depuis 1996, le « Centre de rencontres et d’expressions artistiques » d’Alfortville, plus connu localement comme le CREA, est une association culturelle dont le but est de favoriser l’éveil artistique des Alfortvillais au travers d’une grande diversité de disciplines. Bénéficiant du soutien financier et technique de la ville, le centre s’est investi de la tâche de conduire chaque adhérent à un épanouissement personnel, à travers des ateliers, des cours et animations de qualité. Dans ce petit billet, vous allez faire la découverte des activités culturelles et de loisirs phares du CREA.

Activités Eveil-Initiation-Danse

Les cours d’éveil sont destinées aux plus petits, de 5 à 6 ans. Il s’agira de leur faire découvrir leur corps, le mouvement et le rythme tout en privilégiant une approche ludique. Le professeur s’adapte donc au rythme de son apprenant, son seul but étant d’éveiller en lui un intérêt pour la danse.

Les cours d’initiation proposés aux élèves de 6 à 8 ans viennent compléter les acquis des cours d’éveil. Des consignes plus précises seront exécutées afin d’affiner ses acquis sur le plan du mouvement et du rythme.

Passé l’initiation, les apprenants sont encadrés par des professionnels de la danse (classique, contemporaine, africaine, orientale ou moderne) pour exécuter des mouvements rigoureux et enchaînés. Les cours de danse contemporaine, classique ou africaine sont accessibles à partir de 8 ans.

Activités Musique

Le CREA est également un centre d’apprentissage de la musique. Il offre aux enfants de 6 à 8 ans des cours de découverte musicale afin d’affiner leurs goûts en la matière. Ces cours se déroulent dans un climat amusant, favorisé par la création et la composition de chanson.

Au centre, l’apprentissage de la batterie, du violon et de la guitare acoustique est encore praticable à partir de 7 ans. Un atelier Jazz-Musiques actuelles-Rock est également disponible, mais exclusivement réservé aux adultes.

Activités physiques

Les sportifs en tout genre sont aussi les bienvenus au sein du CREA d’Alfortville. Ses salles de gym sont accessibles pour la pratique de diverses activités physiques telles que le cardio, l’aérodance, le stretching, le yoga, la Zumba (toutes autorisées à partir de 16 ans). Les parents peuvent aussi y amener leurs enfants de 6 mois à 2 ans pour des séances de gym fun très relaxantes.

Activités artistiques

La création artistique se trouve également à l’honneur au CREA avec un large panel d’activités au programme. Ainsi, les enfants de 6 à 12 ou de 6 à 14 ans sont appelés respectivement à travers des ateliers d’arts du cirque et de dessin à développer leurs réflexes psychomoteurs et à libérer leur imagination. Les amateurs de manga/BD, de jeux d’échecs en auront aussi pour leur compte.

Enfin, en ce qui concerne les ateliers dévolus aux adultes, le CREA ouvre grand ses portes aux passionnés de théâtre, de sculpture, d’arts plastiques et d’aquarelle désireux d’approfondir leurs connaissances et de révéler leur talent.

Si vous venez d’arriver à Alfortville, ne manquez pas cette grande association de culture, d’arts et de loisirs et ses deux centres d’activités rue des Pontons, pour le premier et allée du 8 mai 1945 pour le deuxième.

Avant le bac (collèges et lycées)

Pour espérer mener des études sérieuses, le cycle secondaire et le suivi de l’élève avant le bac est primordial. À Alfortville (département 94), on compte une grande diversité de collèges et de lycées de qualité répartis dans le privé comme dans le public. Retrouvez dans cet article l’organisation de l’académie de Créteil qui regroupe l’ensemble des collèges et lycées d’Alfortville.

Répartition des collèges et lycées privés et publics d’Alfortville

La commune d’Alfortville dispose de de trois collèges publics et d’un lycée public. On compte ainsi, localement, près de 2400 collégiens et lycéens scolarisés.

Le lycée public d’enseignement général de la ville accueille un peu moins de 980 lycéens. Il faut relever qu’aucun lycée ne propose d’internat à Alfortville. Egalement aucun de ces établissements n’est classé en zone d’éducation prioritaire. Autre détail d’importance à noter, le lycée d’enseignement général Maximilien Perret possède une section d’enseignement professionnel également situé Place San Benedetto del tronto. Avec un taux d’admission de 64 % de la seconde au bac, ce lycée s’est classé au rang 2112 sur 2295 lycées au plan national. Son taux de réussite au bac toutes séries confondues est de 86 %, dont 32 % de réussite avec mention.

Parmi les trois collèges publics d’Alfortville deux sont classés en zone d’éducation prioritaire. Le nombre total de collégiens scolarisés en enseignement général dans le secteur public s’élevé à 1417 élèves. Là encore, la ville étant située au cœur d’une vaste zone urbaine, aucun de ses collèges ne propose d’internat.

Classé 4448 sur 8732 établissements par rapport aux résultats du DNB (Diplôme national du Brevet), le collège Paul Langevin est le meilleur collège du secteur public de l’enseignement général à Alfortville. Il est suivi par le collège Henri Barbusse, classé 5586 sur 8732 établissements. S’en suit, le collège Léon Blum du secteur public d’Alfortville, classé 6653 sur 8732, lui aussi par rapport aux résultats du DNB. En 2020, les trois collèges ont obtenu respectivement un taux de réussite de 89 % (dont 64 % de réussite avec mention), 84 % (dont 60 % de réussite avec mention) et 78 % (dont 53 % de réussite avec mention).

Dans le secteur privé, on retrouve le collège Kevork H. Arabian avec un effectif de 86 collégiens. Il enregistre en 2020 un taux de réussite impressionnant de 95,2 % au Diplôme national du Brevet.

Voilà pour ce grand tour des collèges et lycées privés et publics de la commune d’Alfortville dans la région Île-de-France. Tous les chiffres de résultat cités pour ces établissements du secondaire n’ont bien sûr rien de figé. Ils ne sont qu’une photographie à un instant T.

Apprentissage et formations professionnelles

En dehors de son enseignement général et secondaire, ’Alfortville dispose d’un vaste réseau de centres de formation professionnelle. Ceux-ci offrent aux apprenants des modules de qualité couvrant plusieurs secteurs d’activité. Ici, nous vous laissons découvrir les meilleurs programmes d’apprentissage et de formations professionnelles disponibles sur la commune et ses alentours.

CFA et apprentissage à Alfortville

Le CFA Couverture Plomberie est un centre de formation des Apprentis basé au Lycée Maximilien Perret (Place Benedetto del Tronto). Il s’agit d’un outil de développement de la profession qui regroupe un nombre important d’apprentis (280 au total) dans les différents corps de métiers de la couverture, de la plomberie, du chauffage et du génie climatique.

Le centre propose une formule d’apprentissage solide et classique qui alterne les périodes de cours théoriques ou pratiques et des périodes en entreprise. Le but étant de favoriser une intégration souple et efficace des jeunes à l’issue de leur formation. La gestion du CFA Couverture Plomberie via le GCCP, en association avec la région Île-de-France, en fait un centre de formation d’importance dans la commune d’Alfortville. Par ailleurs, il est retenu dans le dispositif régional de développement de la formation.

Au cœur du dispositif de formation, les apprenants peuvent préparer un diplôme de CAP Couverture, un CAP Installateur sanitaire ou un CAP Installateur thermique. S’ajoutent également les diplômes de BP Couvreur ou BP Monteur en installations du génie climatique et sanitaire ou encore un BTS assistant de gestion PME-PMI mention bâtiment. L’obtention d’une mention complémentaire zinguerie après le CAP est aussi envisageable au CFA de Couverture Plomberie.

GRETA

Également située à la Place Benedetto del Tronto, le GRETA possède une antenne et un centre de formation continue qui proposent des modules d’apprentissage notamment des métiers techniques. Le centre se propose ainsi de développer les compétences des apprenants dans les domaines de l’industrie, de la chaudronnerie, de l’habitat, de l’éducation, du commerce, etc.

Ses formations en alternance permettent l’acquisition de connaissances théoriques et pratiques au centre et l’acquisition d’expérience professionnelle en entreprise. Au GRETA d’Alfortville, il est par exemple possible de postuler pour un BAC pro Maintenance des équipements industriels, BAC pro étude et définition de produits industriels ou encore pour l’obtention de titres professionnels. À noter que des candidatures pour l’acquisition de diplômes d’État sont aussi ouvertes au public.

Centre Horizon, à deux pas d’Alfortville

Mentionnons enfin que près d’Alfortville, on retrouve aussi le centre Horizon, spécialiste de la formation aux métiers de la petite enfance. Son programme phare, la formation au métier d’éducateur de Jeunes Enfants, s’emploie à inculquer au futur travailleur social les trois fonctions essentielles de son métier à savoir : Education-Prévention-Coordination.

Pour remplir convenablement sa mission, le centre Horizon offre des modules qui permettent une adaptation maximale aux différents secteurs ou endroits accueillant potentiellement de jeunes enfants. Les secteurs de l’éducation, de l’assistance éducative, du loisir, de la santé, de la culture et de l’animation étant les plus privilégiés. L’ambition première du centre Horizon reste de former des professionnels hautement qualifiés pour la création d’un cadre favorable au développement harmonieux des enfants.